Les "Passionsspiele" (jeux de la Passion) d'Oberammergau, en Haute-Bavière, constituent un événement unique au monde qui s'étend sur plus de 100 jours et a lieu seulement tous les dix ans. Des touristes de toute l'Allemagne et du monde entier afflueront alors vers ce village des Alpes bavaroises afin de se rapprocher de l'histoire des souffrances de Jésus-Christ. Plus de 2500 personnes participent à cet événement, sur l'immense scène en plein air ou dans les coulisses, soit la moitié de la population d'Oberammergau. Toute personne née à Oberammergau ou y ayant vécu au moins 20 ans est autorisée à participer.

L'histoire du succès des "Passionsspiele" d'Oberammergau est indissociable de l'épidémie de peste survenue pendant la Guerre de Trente Ans (1618 à 1648). Suite aux ravages de la peste noire de 1633, les habitants du village de montagne de Haute-Bavière firent le serment de reconstituer tous les dix ans sous forme théâtrale les "souffrances, la mort et la résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ" si la peste ne faisait plus de victimes.

La légende raconte que, dès lors, plus aucun villageois n'aurait succombé à cette terrible épidémie. Le jour de la Pentecôte de 1634, les habitants d'Oberammergau honorèrent leur promesse pour la première fois. La représentation eut lieu sur une scène érigée dans le cimetière, au-dessus des tombes des victimes de la peste. Depuis lors, les habitants du village organisent régulièrement leur théâtre de la Passion. L'événement est aujourd'hui connu dans le monde entier et génère des revenus de plusieurs millions d'euros.

Le metteur en scène munichois Christian Stückl, 48 ans, dirige les "Passionsspiele" cette année encore, pour la troisième fois depuis 1990. Il disposait cette fois-ci d'un droit de recommandation au sein du conseil municipal en ce qui concerne le choix des acteurs; ses recommandations ont été largement suivies par celui-ci. Frederik Mayet, 30 ans, est l'un des deux interprètes du Christ cette année. Mayet, qui comme tous les participants masculins s'est fait pousser la barbe réglementaire bien à l'avance, se partage le rôle principal avec le psychologue de formation Andreas Richter. Tous les rôles sont attribués en double. Un tirage au sort décide qui interprétera le Christ lors de la première. Lorsque le rideau tombera pour la dernière fois début octobre, près d'un demi-million de spectateurs, dont un grand nombre de touristes américains, auront assisté aux "Passionsspiele".

Lors de chaque édition, le metteur en scène M. Stückl trouve un concept nouveau afin de s'assurer que l'événement soit un succès pour la petite communauté en bordure des Alpes. Pour la première fois, il a placé le point culminant de sa mise en scène en fin de soirée, afin de pouvoir profiter de l'effet dramaturgique de la tombée de la nuit. Il souhaite également souligner avec plus d'insistance à quel point "le Christ a traversé sa vie de manière droite et conséquente, jusqu'à sa crucifixion". Les décors sont également nouveaux. La scène, qui fait presque 70 mètres de large, est délimitée par des arbres. Le sol a été recouvert d'une substance au bleu lumineux. Les nouveaux costumes et les douze "tableaux vivants" représentant des scènes de l'Ancien Testament, se distinguent aussi de ceux des éditions précédentes par leurs couleurs beaucoup plus vives.