Suivez-nous sur

  • facebook
  • twitter

 

Lenbachhaus
Munich

La Lenbachhaus présente sa célèbre collection du Chevalier Bleu (Der Blaue Reiter) avec, entre autres, des œuvres de Wassily Kandinsky, Gabriele Münter, Franz Marc et August Macke, des trésors de la peinture du 19e siècle et des tableaux allemands et français de la collection Christoph Heilmann Stiftung, des œuvres de Joseph Beuys, du courant "Nouvelle Objectivité" et l'importante collection de l'art contemporain.

Rétrospective Léa Lublin
Voir clair : La Gioconda aux essuie-glaces, 1965 Foto: Lenbachhaus, Städtische Galerie im Lenbachhaus und Kunstbau, München Courtesy Estate of the artist/ Collection Nicolas Lublin

Vue d'installation, Photo: Lenbachhaus
Lea Lublin, Fluvio Subtunal, 1969 Environment, Santa Fe (Argentine) Foto: unbekannt Courtesy Estate of the artist/ Collection Nicolas Lublin

Exposition "Il me faut un truc comme ça"

Hans-Peter Feldmann, Laden 1975-2015, Detail Foto: Lenbachhaus VG Bild-Kunst, Bonn 2015

Hans-Peter Feldmann, Laden 1975-2015, Detail Foto: Lenbachhaus VG Bild-Kunst, Bonn 2015
Michael Heizer, Munich Depression (Final Stage), 1969 Städtische Galerie im Lenbachhaus und Kunstbau, München

Michel Majerus, MoM Block 52, 1998 Städtische Galerie im Lenbachhaus und Kunstbau, München
Franz Marc Cheval Bleu
Franz Marc Cheval Bleu I (1911)
© Städtische Galerie im Lenbachhaus
Franz Marc le Tigre
Franz Marc, Tiger, 1911
© Städtische Galerie im Lenbachhaus und Kunstbau, München

Rétrospective
Léa Lublin

jusqu'au 13 septembre 2015

Léa Lublin est née en 1929 à Breszc (Pologne) et décédée en 1999 à Paris. Dès l'âge de 12 ans, elle débute ses études à l'écoles des beaux-arts de Buenos Aires. En 1968 elle s'expose pendant trois semaines dans un musée parisien. Ensuite, un de ses tableaux est confisqué en Argentine et Léa Lublin condamné à trois mois de prison avec sursis. Dans son exposition "Le Strip-Tease de l'Enfant-Jésus" chez le galeriste Yvon Lambert elle questionne sur l'érotisme latent dans la peinture chrétienne.

Ce ne sont que quelques stations de la vie et de l'œuvre de l'artiste franco - argentine Léa Lublin. L'exposition présente un sélection de ses plus importants travaux sur une période de trente ans. A côté de photographies, dessins , installations et vidéos de l'artiste, le visiteur découvre entre autres le Fluvio Subtunal (1969), reconstruit spécialement pour l'exposition.

"Dans aucune de mes œuvres, il n’est question de détruire les images existantes. Au contraire je tente de montrer que dans toute construction de l’imaginaire occidental existe un réseau de sens oblitéré" définit Léa Lublin son travail.

Exposition
"Il me faut un truc comme ça"

depuis le 19 mai 2015

Le Lenbachhaus présente de l'art du présent de sa collection et de la Fondation KiCo

De vrais coucous de la Forêt-Noire, des couples gaies en plastique, une Porsche 911 en miniature et d'autres kitsch dans toutes ses formes...
Le Lenbachhaus présente plus de 1000 petits objets dans ses salles à l'occasion de la nouvelle conception de sa collection "L'art après 1945" à partir du 19 mai. Cette présentation changera tous les deux ans avec de nouvelles œuvres.
Mais la nouvelle présentation met également la lumière sur l'histoire de la peinture d'après-guerre jusqu'aujourd'hui en commençant par le groupe SPUR qui a influencé non seulement la scène artistique munichoise, mais aussi la scène internationale. S'y ajoutent aussi des peintres comme Jacqueline de Jong et Asger Jorn qui ont réalisé le film „So ein Ding muss ich auch haben“ (metteur en scène Albert Mertz) qui a fourni le titre de l'exposition. Difficile de citer tous les artistes présentés, mais citons quelques-uns :
Hedwig Eberle, Andy Hope, Andrea Büttner, Charlotte Posenenske, Robert Morris, Michael Heizer...
Commissaire : Eva Huttenlauch, directrice de la collection "Art après 1945" du Lenbachhaus.

Lenbachhaus / Kunstbau

Lenbachhaus

L'architecte Gabriel von Seidl avait dessiné la Lenbachhaus pour le comte-artiste Franz von Lenbach dans le style néo-Renaissance d'une villa toscanienne. Entièrement rénové par l’architecte britannique Sir Norman Foster entre 2009 et 2013, elle offre un écrin plus lumineux que jamais. Dans tout le musée, les plafonds sont garnis de diodes électroluminescentes (LED), qui assurent la lumière la plus naturelle possible. Au bâtiment principal, l’architecte a adjoint un cube couleur or.
Grâce à la donation en 1957 de Gabriele Münter, contenant l'intégralité de sa collection, et la création d'une fondation gérant la succession de Bernhard Koehler en 1965, la galerie se vit offerte une collection unique d'œuvres d'art du Blaue Reiter, englobant des travaux de Paul Klee, Franz Marc, August Macke, Wassily Kandinsky et Gabriele Münter. En plus, elle possède aussi des tableaux de l'école de Munich du 18ème et 19ème siècle, du style 1900 et du néo-Réalisme.
Depuis les années 70, le musée suit les tendances de l'art moderne de près, organise des expositions d'artistes contemporains à l'échelle internationale, et collectionne des œuvres d'art contemporain. Cette nouvelle activité commençait en 1980, avec l'acquisition de "Zeig deine Wunde" (montre ta blessure, 1974-75) de Joseph Beuys. Aujourd'hui, le Lenbachhaus se concentre sur les représentants actuels de l'art moderne.

Der blaue Reiter
Le chevalier bleu

Le mouvement Der Blaue Reiter fut créé en 1911, suite à la scission du groupe d’artistes allemand Neue Künstlervereinigung München. Sa première exposition à la Galerie Thannhauser à Munich fut spectaculaire. Outre "Die Brücke" de Dresden, le mouvement Der Blaue Reiter fut un des groupes d’artistes allemands les plus importants du 20ème siècle.
Les plus célèbres représentants en sont Vassily Kandinsky, Franz Marc, August Macke, Gabriele Münter, Alexej von Jawlensky et Paul Klee. En 1911, Kandinsky et Marc publient l’Almanach du Blaue Reiter, dans lequel ils développent la conception d’art du mouvement : l’absence de toute restriction stylistique, l’inclusion de toute sorte de manifestations créatrices – des dernières réalisations de l’avant-garde internationale à l’art folklorique, des arts ethniques aux dessins d’enfants ou d’amateurs. Même la musique de l’époque jouait un rôle central. Pour Kandinsky, le champ d’action des possibilités d’expression s’étend du réalisme extrême à l’abstraction totale. Par conséquent, on retrouve parmi les artistes du groupe Der Blaue Reiter une grande variété de styles.
Vers 1910, les tableaux d’animaux de Marc commencent à s’émanciper. Mettant la couleur au centre de l’intérêt, il crée des événements éblouissants de couleur qui surpassent la pure représentation figurative. Chaque autre artiste du mouvement, que ce soit Gabriele Münter, August Macke, Alexej von Jawlensky ou Paul Klee, trouve son propre style. Néanmoins, la représentation expressionniste de paysages prédominait chez eux.

La collection
"Der blaue Reiter"

"Das Blaue Pferd" (le Cheval Bleu) de Franz Marc est un des joyaux de la collection du Lenbachhaus. Mais la célèbre collection compte beaucoup d'autres chefs-œuvres connus comme les tableaux "Méditation" (1918) d’Alexeï von Jawlensky, "Jawlensky et Werefkin" (1909) de Gabriele Münter ou "Promenade" (1913) d’August Macke. La Lenbachhaus possède la plus étendue et la plus importante collection d’œuvres d’art du mouvement Der Blaue Reiter dans le monde entier.
La collection comprend également beaucoup de portraits que les membres du mouvement ont peint l’un de l’autre dans différentes situations de leur vie et qui traduisent leur relation intime, permettant au spectateur de connaître les artistes non seulement en tant que peintre mais aussi en tant que personne privée. Aucun autre mouvement d’artistes ne fut aussi bien documenté en photos que le Blaue Reiter. Elles témoignent sans pareil de l’histoire et du développement du mouvement. Aucune autre collection que celle de la Lenbachhaus permet de suivre aussi bien les différentes voies du mouvement allant de l’étude de la nature au domaine figuratif.

Horaires d'ouverture :
tous les jours sauf lundi 10 - 18 heures
mardi de 10 à 21 heures
Prix d'entrée : 10 €€, tarif réduit 5 €€
Café et restaurant Ella
ouvert de 9 à 01 heures
Haute-cuisine italienne
Lenbachhaus
Luisenstraße 33
80636 München
Métro ligne 2, arrêt Königsplatz
Tram S-Bahn, arrêt Hauptbahnhof
Réservez ici votre hôtel à proximité du Lenbachhaus
Site du Lenbachhaus (en allemand et en anglais)

Exposition "Il me faut un truc comme ça" Gruppe Spur, Spur-Bau, 1963 Städtische Galerie im Lenbachhaus und Kunstbau, München
La Lenbachhaus et le Kunstbau

Exposition à venir

Lea Lublin
Lenbachhaus / Kunstbau
29 juin au 13 septembre2015

Paul Klee et Wassily Kandinsky
Lenbachhaus
24 octobre 2015 au 24 janvier 2016

Recherche d'hôtels

Date d'arrivée

Date de départ

Allemagne Voyage pas cher

Réservez ici votre hôtel à proximité du Lenbachhaus

Recherche personnalisée

Nouvelle présentation de la Collection
Neue Sachlichkeit
Nouvelle Objectivité Humain, trop humain

jusqu'au 31 décembre 2015

La Nouvelle Objectivité est un courant artistique apparu en Allemagne dans les années 1920 et qui succède à l'expressionnisme dont il découle par bien des aspects. La Nouvelle Objectivité n'a ni programme ni manifeste, contrairement au surréalisme qui se développe à la même époque en France. Elle se divise toutefois en deux branches bien distinctes qui, chacune à sa manière, affichent une même volonté, après certains débordements expressionnistes, de revenir au réel et au quotidien. Le clivage s'inscrit d'abord sur le plan politique : la branche dite « de droite », raccordée à Karlsruhe et Munich, retourne ainsi à un classicisme harmonieux et intemporel alors que, la branche de gauche, centrée sur "Berlin la rouge", s'engage radicalement dans une vision froide et cynique de la société. Vers 1930, le mouvement dépasse les frontières de l'Allemagne.
Source Wikipedia
Le Lenbachhaus possède une importante collection de ce mouvement.
George Grosz Mann und Frau, 1926,
Collection privée
© Estate of George Grosz, Princeton N.J.

Herbert Ploberger
Selbstbildnis mit ophtalmologischen Lehrmodellen, um 1928/30
© Städtische Galerie im Lenbachhaus und Kunstbau, München / VG Bild-Kunst, Bonn 2014

Josef Scharl; Gefallener Soldat, 1932
© Städtische Galerie im Lenbachhaus und Kunstbau, München
Rudolf Schlichter, Bertolt Brecht, vers 1926
© Städtische Galerie im Lenbachhaus und Kunstbau, München / Viola Roehr von Alvensleben, München